Villes en transition : et voici la championne

Par Patricia Mignone Films Aucun commentaire sur Villes en transition : et voici la championne

Qu'est-ce qu'on attend ?

La transition

La transition, c’est un processus qui vise à relocaliser l’économie et à assurer l’autonomie d’une communauté.

Elle s’inscrit dans la perspective de la descente énergétique.
Cette descente énergétique, les spécialistes annoncent que, du fait de la fragilité de l’économie et des risques climatiques qui vont croissant, elle pourrait se transformer en effondrement.

Que faire, face à une telle perspective ?

Renouer des liens sociaux et mettre en place dès aujourd’hui la capacité de la communauté à résilier.

On pense principalement à la question basique de la subsistance, le rez-de-chaussée de la pyramide de Maslow : il faudra manger et jouir d’un approvisionnement énergétique suffisant.

C’est sur ces deux aspects que la communauté d’Ungersheim focalise ses efforts.

C’est joyeux ; ça fait du bien de mettre les mains dans la matière. On se sent reconnecté aux autres et à soi. On retrouve du sens, comme si on s’éveillait d’un mauvais rêve.

L’originalité de Ungersheim en transition

En principe, la transition résulte d’une initiative citoyenne : c’est la population qui décide de prendre son avenir en main et de mettre en place les conditions de sa résilience en réduisant son empreinte énergétique – pour éviter un réchauffement climatique excessif – et en lançant différentes initiatives dont la plupart tournent effectivement autour de la subsistance.

L’adoption d’une monnaie locale fonde le principe d’une relocalisation de l’économie : comme elle n’a de valeur que localement, les capitaux n’alimentent pas des entreprises dont le siège est lointains et qui, souvent, sont des multinationales.

Habituellement, quand l’initiative de transition lancée par les citoyens rencontre un certain succès, les édiles locaux rejoignent le mouvement et le soutiennent d’une manière ou d’une autre.

A Ungersheim, au contraire, la transition est menée à l’initiative du maire, un militant au long passé ouvrier qui s’est lancé en politique pour œuvre au bien de sa communauté.

Du fait qu’il s’agit d’une initiative politique qui, de surcroît met en cause les habitudes et le mode de vie traditionnel, à ses débuts, le mouvement s’est heurté à des résistances, de la contestation et des moqueries.
Et globalement, malgré la petite taille de la communauté, l’initiative est loin d’être adoptée par l’ensemble de la population.

Il reste que l’engagement de quelques passionnés associé à la mobilisation des ressources financières rendue possible par l’initiative politique a permis des changements absolument impressionnants.

Ungersheim en transition – L’ancien et le nouveau

Pour fournir en énergie l’ensemble de la population du village, un immense parc de panneaux solaires a été installé.

A côté de cette ambitieuse initiative mettant en œuvre les technologies durables, on a mobilisé un cheval de trait, Richelieu, qui sert de bus scolaire et de bête de trait pour les cultures.

Qu'est-ce-qu'on-attend

De l’ancien matériel d’agriculture a, en effet, été remis en usage afin de réduire au maximum le recours aux énergies fossiles et de cesser de polluer.

Hormis ce maire passionné, parmi les figures marquantes, on note le boulanger qui cultive lui-même ses céréales à partir de grains que lui a procurés un conservatoire des blés anciens.

Résultat : du pain dont tout le monde peut se régaler, y compris les gens sensibles au gluten.

Rob Hopkins, qui a lancé le mouvement des villes en transition considère Ungersheim comme la championne internationale des villes en transition.
Pas mal, non ?

Alors ? Envie de changer le monde ?
Téléchargez votre guide
et posez vos premiers gestes !

 

  • Partager

Commentez