Papa est une maman comme les autres

Par Patricia Mignone éducation Aucun commentaire sur Papa est une maman comme les autres

papa est une maman comme les autres

Certains papas sont des mamans. Certaines tantes, grands-mères, certains grands-pères sont aussi des mamans. Même certaines personnes sans lien biologique avec l’enfant sont des mamans.
Une maman, c’est la personne qui nous aime tel que nous sommes, qui nous prend dans ses bras, qui nous console, nous encourage. C‘est la personne dont l’amour et le soutien nous font grandir même si, parfois, nous la faisons souffrir.

papa est une maman comme les autresParfois, pour différentes raisons, la personne qui vous a donné le jour ne peut pas jouer son rôle de mère : elle n’est pas là, elle est empêchée, elle n’a pas ça en elle. Tous les cas où les mères sont absentes ou lointaines sont singuliers et douloureux.
Heureusement, le monde est bien fait : si le tout petit enfant a un besoin vital de soin et d’amour, il y a autour de lui des gens qui éprouvent un élan maternel naturel, et qui, sans faire d’effort, joueront le rôle de substitut maternel.

Dans cet article, nous explorons gentiment la fonction maternelle et confirmons que – eh bien oui ! – certains papas sont des mamans comme les autres et que, leur amour permet à leur enfant de grandir dans la grâce.

Mérite-t-on le nom de « Maman » ?

Il y a encore 30 ans, on s’encombrait de suppositions pénibles inspirées de la psychanalyse. On essayait de comprendre le pourquoi du comment en allant chercher très loin dans l’histoire des gens. Et chaque fois, ça faisait mal parce qu’évoquer un souvenir douloureux, ça ravive la douleur.

Aujourd’hui, les neuro-sciences nous permettent de comprendre que la solution est là, dans l’instant présent.
C’est à travers notre engagement, nos actions signifiantes au quotidien que l’on construit le monde, pas en ressassant sur la culpabilité des autres et le monde idéal où nous aurions pu vivre si ces personnes avaient pris leurs responsabilités.

Coupable ?

On dit souvent « c’est sa faute ! ». On serait plus avisé de dire : « c’est sa responsabilité !».
Quoi qu’il en soit, il s’avère qu’à moins d’être pervers, on fait rarement du tort délibérément.

Pour être capable de cette prouesse acrobatique qu’est le pardon, un bon détour consiste donc à innocenter la personne par qui on souffre, en se racontant une autre histoire.
Par exemple, peut-être en se disant qu’elle a fait ce qu’elle était capable de faire au moment où elle a agi et que si elle avait pu faire mieux, elle l’aurait fait. C’est valable pour beaucoup de gens.

Récemment, je lisais aussi que – par exemple, si l’on a été abandonné ou si l’on a souffert du fait de l’un de ses parents – la personne que l’on a réellement besoin de pardonner, c’est soi-même.
Faisons le geste de nous pardonner d’avoir été si complaisant vis à vis de notre douleur et de l’avoir entretenue, d’avoir entretenu notre rancœur alors que la vie nous attend et que l’aventure est bien plus nourrissante que le ressentiment.

Maman et figure d’attachement

papa est une maman comme les autresEt donc, la vie peut faire que des personnes qui ne vous ont pas engendré jouent un rôle parental, voire un rôle maternel. Il se peut donc que votre papa – ou une autre personne – soit votre maman.

J’en ai parlé dans l’article dont voici le lien : la théorie de l’attachement explique ce miracle de l’amour.
Quand son regard croise le regard aimant d’une personne qui prend soin de lui au quotidien, le petit enfant s’attache. S’installe alors entre eux une relation qui – d’un point de vue anthropologique – correspond à la relation mère-enfant : protection, nourrissage tant émotionnel que physique.
Une fois devenu adulte, l’émotion qui vibrera en lui à la pensée de cette personne qui l’a élevé sera celle de l’attachement.

Et donc, oui : les papas sont des mamans comme les autres.
Et dans Tribu-Zen, quand on parle de maman, on inclut les personnes qui exercent la fonction maternelle auprès de l’enfant, les « figures d’attachement », donc.

De l’importance des modèles dans la vie d’un enfant

En tant que figure d’attachement, on ne pense pas toujours au fait que l’enfant est en état d’apprentissage constant.
Certains sont peut-être enclins à penser que c’est à l’école qu’on apprend mais la vie dans son ensemble est un lieu d’apprentissage, pour tous et pour les enfants en particulier.

papa est une maman comme les autresNotamment dans le contexte familial, la qualité des rapports qu’on entretient, ce à quoi on s’intéresse, comment on se parle, les activités auxquelles on s’adonne, comment on s’y applique, le rapport de chacun aux objets et aux autres êtres vivants, tout est sujet d’apprentissage pour l’enfant.

Il intègre tout ce qu’il observe autour de lui.

C’est pourquoi il est essentiel que les adultes qui l’entourent aient un comportement, un langage et entretiennent une qualité relationnelle exemplaires : parce qu’ils servent de modèles à l’enfant.

Voici un triste contre-exemple
Quand je travaillais avec des adultes qui se formaient en vue de se réinsérer dans le circuit du travail, l’une des participantes m’a un jour demandé comment il se faisait que son fils de 4 ans l’insulte et lui parle grossièrement.
Ma réponse fut rapide : je lui ai demandé qui lui parlait de cette manière au sein de leur famille. Pour seule réponse, elle s’est mise à pleurer.
Si vous acceptez une seule fois que votre partenaire vous insulte sans réagir, non seulement vous l’autorisez à continuer mais, en plus, vous donnez à votre enfant un modèle que vous regretterez de lui avoir fourni.

Au boulot, les mamans !
Le seul moyen pour que votre enfant soit outillé face à la vie, c’est d’organiser autour de lui un monde exemplaire ! Pas à pas, on avance !

Revoici le lien vers l’article où je parle de la théorie de l’attachement.
Qu’en pensez-vous ?

  • Partager

Commentez